Le concept

Première femme médecin en Italie, puis psychologue, anthropologue et philosophe, Maria Montessori a créé la méthode qui porte son nom en observant les enfants. Elle s’appuie sur les capacités sensorielles, physiques et intellectuelles de l’enfant pour permettre le développement de ses potentiels. Pour elle, les conditions de réussite de cet épanouissement sont :

  • Le respect du rythme des particularités individuelles
  • L’éveil du lien aux autres.

 

La méthode Montessori et la personne âgée

Les concepts de Maria Montessori ont été transposés au public âgé et dépendant. Grace aux neurosciences, depuis ces vingt dernières années, et par l’étude notamment du rôle des amygdales cérébrales, groupes de neurones préservés jusque très tardivement chez les personnes atteintes de démence de type Alzheimer on constate que :

  • Si le cerveau rationnel est altéré le cerveau émotionnel quant à lui fonctionne.
  • Si la mémoire déclarative est altérée, la mémoire procédurale fonctionne.

L’environnement des personnes est repensé afin qu’il soutienne les comportements et l’autonomie. Ainsi, en contournant les déficits et en s’appuyant sur les habiletés préservées, les personnes atteintes de troubles cognitifs peuvent réapprendre des gestes du quotidien, c’est alors notre regard qui change.

Nous empruntons la devise de Maria Montessori :

« Aide-moi à faire seul »

Effets et Conséquences :

  • Réactivation de la capacité du lien social
  • Création du désir d’appartenance à une communauté de personnes
  • Participation aux activités de la vie quotidienne
  • Revalorisation et apaisement des familles
  • Réappropriation et ré humanisation de l’environnement
  • Changement de regard sur la maladie et les personnes

Un certain nombre de travaux et de communications scientifiques existent sur la méthode Montessori adaptées aux personnes âgées ayant des troubles cognitifs. Vous en trouverez ci-dessous une liste non exhaustive mais relativement complète.

 

 

Les 12 principes Montessori

1. L’activité doit avoir un but/un sens pour la personne, capter son intérêt

2. Penser à demander à la personne et à l’inviter à participer

3. Offrir du choix à chaque fois que c’est possible

4. Parler moins, montrer plus !

5. Se concentrer sur les capacités préservées de la personne

6. Ralentir. Adapter sa vitesse à la personne

7. Utiliser des modèles, des indices visuels dans le matériel et l’environnement

8. Donner à la personne quelque chose à tenir et manipuler

9. Toujours aller du plus simple au plus complexe

10. Si besoin, diviser l’activité en sous-étapes

11. Terminer en demandant: « avez-vous aimé ? », « Voudriez-vous le refaire ? »

12. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière de faire. Le but est l’engagement.

Publicités
Lien | Cet article a été publié dans Articles Psy. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s