Glossaire

Ce glossaire ne regroupe qu’une infime partie des termes fréquemment utilisés en psychologie. Si vous avez des interrogations sur tel ou tel terme ou manquement, n’hésitez pas à me le faire savoir !

ADELI
ADELI signifie Automatisation DEs LIstes. C’est un système d’information national sur les professionnels relevant du code de la santé publique, du code de l’action sociale et des personnes autorisées à faire usage du titre de psychologue. Il contient des informations (état civil – situation professionnelle – activités exercées). Un numéro ADELI est attribué à tous les praticiens salariés ou libéraux et leur sert de numéro de référence. Le numéro ADELI figure sur la Carte de professionnel de santé (CPS) pour des professionnels relevant du code de la santé publique. (voir textes de loi ici)


Affect

Tonalité du sentiment , de la sensation agréable ou déplaisante qui accompagne une idée.

Age mental
Score utilisé par Binet dans le premier test d’aptitudes intellectuelles pour enfants. Il s’agit de l’âge chronologique moyen d’un groupe de sujets qui a les mêmes aptitudes que l’enfant testé. Par exemple, si un enfant a un âge mental de 12 ans, ça signifie qu’il possède les aptitudes typiques d’un enfant de 12 ans. Si l’âge réel de cet enfant est de 10 ans par exemple, on dit alors qu’il est en avance dans son développement intellectuel.

Agnosie
Problème de perception causé par une lésion cérébrale. L’agnosie met le sujet dans l’impossibilité de reconnaître et d’identifier les objets bien que les fonctions sensorielles et sensitives soient conservées.

Agoraphobie 
Peur irrationnelle de pénétrer dans un endroit non familier. La personne agoraphobique évite également les espaces ouverts, les foules, les voyages, etc. En fait, la personne agoraphobique évite tout endroit d’où il est difficile de s’échapper facilement (ex : avion, métro, salle de concert).

Amnésie antérograde 
Problème de mémoire qui se traduit par une incapacité d’acquérir de nouvelles connaissances se rapportant à la vie quotidienne suite à une blessure ou une maladie qui atteint le cerveau.

Amnésie infantile 
Oubli des événements survenus avant l’âge de 3-4 ans. Ce type d’amnésie est généralement expliqué par les changements neurologiques et cognitifs importants qui surviennent dans les quelques premières années après la naissance.

Amnésie posthypnotique 
Phénomène caractérisé par le fait qu’un sujet oublie, à la suggestion de l’hypnotiseur, des événements qui se sont déroulés durant la session d’hypnose pour se les rappeler au moment où l’hypnotiseur donne un signal.

Amnésie rétrograde 
Perte de mémoire des événements qui ont précédé une blessure ou une maladie qui atteint le cerveau. Il arrive parfois que, suite au blocage temporaire d’un vaisseau sanguin du cerveau, une personne soit atteinte d’une amnésie rétrograde transitoire.

Antidépresseurs

Ils se caractérisent par leur capacité à « relever » l’ humeur dépressive.

Anorexie mentale 
Maladie mentale caractérisée par un désir pathologique de ne pas prendre de poids. En plus de la perte de poids excessive, l’anorexie mentale est souvent accompagnée d’un arrêt des menstruations, de la perte du volume musculaire et d’une prédisposition aux infections.

Aphasie 
Perturbation du langage résultant de dommages au cerveau.

Aphasie de Wernicke 
Type d’aphasie caractérisé par une difficulté générale de compréhension, notamment sur la compréhension des mots accompagnée d’une production verbale anormale et ce, en dépit d’une absence de problèmes phonétiques et articulatoires. Cette aphasie est généralement causée par une lésion de l’aire de Wernicke.

Aphasie de Broca 
Type d’aphasie caractérisé par une difficulté générale à s’exprimer (oralement et/ou à l’écrit) en dépit d’une compréhension relativement normale. Cette aphasie est généralement causée par une lésion de l’aire de broca.

Amphétamines
Groupe de drogues psychoactives qui ont pour effet de stimuler le système nerveux central. Ces drogues accentuent l’éveil, diminuent la fatigue et peuvent entraîner une perte de poids.

Antidépresseurs 
Groupe de médicaments qui réduisent la sévérité du trouble dépressif majeur. Ces médicaments ont pour effet d’augmenter la quantité des neurotransmetteurs sérotonine et noradrénaline dans le cerveau. Pour les gens qui souffrent du trouble bipolaire le lithium s’avère plus efficace que les antidépresseurs.

Antipsychotiques 
Groupe de médicaments dont la plupart sont de la famille des phénothiazines. Ces médicaments, qui bloquent les récepteurs de la dopamine dans le cerveau, contrôlent les symptômes de laschizophrénie. Ces médicaments sont connus sous le nom de «neuroleptiques » ou «tranquilisants majeurs».

Anxiété

Etat émotionnel qui comporte des sentiments d’appréhension, d’attente voire d’alarme en regard d’un danger réel. l’état d’angoisse est caractérisé par une anxiété intense, bien souvent non adaptée à la situation et qui peut être générée uniquement par des représentations. Cet état émotionnel désagréable peut se manifester par plusieurs symptômes psychologiques (ex : nervosité, indécision, peur diffuse, sentiment de problèmes imminents) et physiques (ex : tremblements, nausée, palpitations cardiaques, essouflement, tension musculaire).

Anxiolytiques 
Groupe de médicaments de la famille des benzodiazépines qui réduisent la tension nerveuse et l’anxiété. Ces médicaments sont également connus sous le nom de «tranquilisants mineurs».

Apraxies
Un sujet apraxique est dans l’impossibilité de réaliser volontairement des mouvements orientés vers un but. Les apraxies sont liées à des lésions corticales.

Apprentissage associatif 
Type d’apprentissage étudié plus particulièrement par les psychologues béhavioristes qui consiste à associer deux stimuli ou à associer un stimulus et une réponse. L’apprentissage associatif comprend le conditionnement classique et le conditionnement opérant. Ce type d’apprentissage s’oppose à l’apprentissage cognitif.

Apprentissage cognitif 

Type d’apprentissage qui ne résulte pas d’une association entre deux événements mais plutôt d’une évaluation de la situation en fonction des expériences passées et des possibilités existantes afin de déterminer la solution la plus appropriée. L’apprentissage cognitif implique une représentation mentale de la situation. Ce type d’apprentissage s’oppose à l’apprentissage associatif.

Béhaviorisme 
École de psychologie fondée par le psychologue américain J.B. Watson. Selon cette conception, la psychologie doit étudier les comportements observables plutôt que les processus mentaux qui se déroulent dans le cerveau.

Boulimie 
Trouble de l’alimentation caractérisé par des crises de gavage suivie de tentatives d’évacuer l’excès de nourriture par vomissement ou purge. Même si la personne consomme rapidement de grandes quantités de nourriture, le poids reste relativement stable à cause de l’évacuation forcée de nourriture qui s’ensuit.

Cognition 
Ensemble de processus mentaux tels la perception, la mémorisation, le raisonnement et la résolution de problèmes.

Cognitivisme 
Étude scientifique de la cognition.

Compulsion 
Tendance irrésistible à accomplir certains actes ou rituels qui réduisent l’anxiété (ex : compulsion à se laver les mains, à vérifier si tout est fermé à clef). Il s’agit d’un des éléments constituants du trouble obsessionnel-compulsif.

Conditionnement classique 
Forme d’apprentissage associatif  qui consiste à apprendre qu’un événement en suit un autre. Dans l’exemple classique de Pavlov, un chien apprend que le son d’une cloche sera suivi de la présentation de nourriture. Par conséquent, il salive quand il entend le son de la cloche. De façon plus formelle, on peut définir le conditionnement classique comme étant l’établissement d’un lien entre un stimulus conditionnel et une réponse conditionnelle  grâce à la présentation répétée d’un stimulus conditionnel et d’un stimulus inconditionnel qui produit toujours une réponse inconditionnelle.

Conditionnement différé 
Procédure utilisée dans le conditionnement classique qui consiste à présenter le  stimulus conditionnel avant l’apparition du stimulus inconditionnel. De plus, le stimulus conditionnel reste présent tant que le stimulus inconditionnel est présent. Dans l’exemple de la salivation du chien de Pavlov, on fait sonner une cloche quelques secondes avant de présenter la nourriture et le son de la cloche se fait entendre tant qu’il y a de la nourriture à manger.

Conditionnement opérant 
Forme d’apprentissage associatif dans laquelle un organisme apprend que la réponse qu’il produit sera suivie d’un renforcement. Dans l’exemple classique de Skinner, un pigeon apprend que le fait de picorer sur un bouton va lui donner un morceau de nourriture.

Désensibilisation systématique 

Thérapie comportementale utilisée principalement pour le traitement des phobies simples Ça consiste à inciter le client à relaxer pendant qu’on l’expose à une situation anxiogène. Quand il ne ressent plus d’anxiété face à cette situation, on l’expose à une autre situation qui produit davantage d’anxiété. L’exposition progressive à cette hiérarchie de situations anxiogènes permet d’éliminer l’axiété produite par l’objet phobique.

DSM-IV 
«Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders» (4e édition) (Manuel diagnostique et statistique des maladies mentales). Il s’agit d’un système de classification des maladies mentales développé par l’American Psychiatric Association. Pour chaque maladie mentale, on donne une liste de symptômes dont un certain nombre doit être présent pour que le diagnostic s’applique.

Emotions
Ensemble des phénomènes affectifs qui caractérisent les réactions à une situation donnée.

Empreinte 
Type d’apprentissage découvert par leséthologues. Il s’agit du fait que, chez plusieurs espèces animales, le nouveau-né s’attache à un modèle quelconque qui est présent dès la naissance. Bien que ce modèle est habituellement la mère, il peut tout aussi bien être une autre espèce animale, un humain ou même un objet inanimé.

Gestaltisme 
École de pensée fondée en Allemagne au début du XXe siècle. Les gestaltistes se sont intéressés à la psychologie de la perception et plus particulièrement au phénomène d’organisation perceptive.

Hypnose 
État de suggestibilité accru qui permet d’induire des altérations de la perception, de la mémoire et de l’action volontaire.

Humeur
(thymie)L’humeur est la résultante générale des tendances d’un sujet et de son état émotionnelà un moment donné. L’humeur peut donc se situer entre deux pôles : le plaisir et l’expansion dun côté, la tristesse et le retrait de l’ autre.

Inventaire de personnalité
Type de test de personnalité construit sous forme d’un questionnaire qui permet à une personne de faire connaître ses réactions et ses sentiments dans toutes sortes de situations. Les inventaires de personnalité les plus connus sont le MMPI-2-2 et le 16 PF.

Mémoire à court terme 
Souvenir qui porte sur quelques informations qui sont dans la conscience à un moment donné. Il s’agit en fait d’une mémoire de travail qui permet d’emmagasiner temporairement des informations. La mémoire à court terme dure généralement quelques minutes ou jusqu’à ce qu’une interférence vienne remplacer une information par une autre.

Mémoire à long terme 

Souvenir qui porte sur une multitude d’informations qui ne sont pas dans laconscience. La mémoire à long terme peut durer une période de temps indéterminée (heures, mois, années).

Mémoire constructive
Propriété de la mémoire qui fait en sorte que nous mémorisons les événements en fonction de notre connaissance du monde. Par exemple, le témoin d’un vol à mains armées peut se rappeler que le voleur portait une cagoule alors que c’est faux. Ce rappel erronné s’explique par le fait que le témoin du vol sait qu’en général, un voleur porte une cagoule.

Mémoire épisodique
Un des deux types de mémoire explicite (l’autre étant lamémoire sémantique) qui porte sur des informations auto-biographiques (i.e. qui touchent sa vie personnelle).

Mémoire explicite
Également connue sous le nom de mémoire déclarative. C’est le souvenir des faits personnels. C’est le type de mémoire qui est atteint dans l’amnésie. Le souvenir de son adresse, du nom de sa ville natale ou du nom de la capitale de l’Espagne sont des exemples de mémoire explicite car ils touchent des informations qu’un individu en particulier a appris. On parle de mémoire explicite par opposition à la mémoire implicite.

Mémoire iconique
Type de mémoire sensorielle qui correspond à une représentation très précise du stimulus visuel. Il s’agit en quelque sorte d’une «mémoire photographique» dont la durée est extrêmement limitée (environ 250 msec).

Mémoire implicite
Également connue sous le nom de mémoire non déclarative. C’est le souvenir des habiletés perceptives, motrices ou cognitives. Ce type de mémoire est rarement affecté par l’amnésie. Par exemple, le patient amnésique peut oublier le nom de ses enfants mais il n’oublie pas comment parler. On parle de mémoire implicite par opposition à la mémoire explicite.

Mémoire sémantique 
Un des deux types de mémoire explicite (l’autre étant la mémoire épisodique) qui porte sur des informations générales concernant l’univers (ex : Quelle est la capitale du Canada?).

Mémoire sensorielle 
Souvenir précis et très bref (environ 250 msec) d’une information sensorielle. Il s’agit en fait d’un tampon sensoriel qui a pour but de filtrer le très grand nombre de stimulations sensorielles qui bombardent nos sens. Seules les informations sensorielles sur lesquelles nous portons notre attention sont transférées à la mémoire à court terme.

Modelage 
Technique du conditionnement opérant qui consiste à renforcer uniquement les réponses qui satisfont aux exigences de l’expérimentateur. Le modelage permet de faire apprendre des comportements non naturels à un animal. Par exemple, on peut progressivement amener un animal de cirque à sauter dans un anneau en flammes en renforçant progressivement divers comportements qui s’approchent du comportement désiré.
Le modelage est également une forme de psychothérapie qui fait appel à l’apprentissage par observation. Cette psychothérapie est utilisée surtout pour traiter les phobies et les troubles anxieux.

Névrose ( ou troubles névrotiques)
Troubles mentaux ne comportant aucune étiologie organique démontrable. Ces troubles sont ressentis par le sujet comme des phénomènes indésirables ou inacceptables. ils ne perturbent pas ou modérément l’expérience de la réalité et n’altèrent pas fondamentalement le sentiment d’identité. En cela, il se démarquent des troubles psychotiques.

Neurodépresseurs 
Groupe de drogues psychoactives qui diminue l’activité du système nerveux central (ex : alcool, tranquilisants mineurs).

Neuroleptiques 
Groupe de médicaments qui soulage les symptômes de la schizophrénie. Ces drogues réduisent la quantité du neurotransmetteur dopamine disponible dans le cerveau. Ils ont une action sédative, antimaniaque, anti-excitatoire et anti-agressive, anti-psychotique.

Obsession 
Pensée, image ou pulsion qui s’impose à l’esprit de façon répétée contre la volonté de la personne. Il s’agit d’un des éléments constituant du trouble obsessionnel-compulsif.
Psychanalyse
Théorie de la personnalité élaborée par Sigmund Freud selon laquelle une grande partie de notre comportement prend sa source dans des processus inconscients.

Psychose 
Groupe de troubles mentaux caractérisés par la perte de contact avec la réalité. Les personnes psychotiques ne peuvent pas composer avec les exigences de la vie quotidienne et elles doivent généralement être hospitalisées pour des périodes plus ou moins longues. On parle de «psychose organique» lorsque le trouble mental est consécutif à un dommage au cerveau et de «psychose fonctionnelle» dans tous les autres cas. Le terme «psychose» est souvent opposé au terme «névrose».

Quotient intellectuel (QI) 
Façon d’exprimer les résultats à un test d’aptitudes intellectuelles qui n’est plus utilisée de nos jours. Cela consistait à diviser l’âge mental par l’âge chronologique et à exprimer le résultat par rapport à 100. À cause des problèmes relatifs au concept d’âge mental, les tests d’aptitudes intellectuelles contemporains utilisent plutôt le QI de déviation.

Sommeil
Le sommeil est une suspension rytmique de l’état de vigilance. le sommeil n’en reste pas moins un phénomène actif de par le déroulement de ses stades ainsi que par l’activité psychique particulière qu’il génère.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s